blogs.fr: Blog multimédia 100% facile et gratuit

vertu1

Blog multimédia 100% facile et gratuit

 

BLOGS

parti communiste , CGT   LSR

parti communiste , CGT LSR

Blog dans la catégorie :
Politique

 

Statistiques

 




Signaler un contenu illicite

 

vertu1

lettre de pattrik le hyaric

Le 30/11/2020

Alerte générale : le pouvoir s’attaque 
aux fondements de la
République démocratique et sociale.
 

Le ciel des libertés s’assombrit soudain.

Une lente mais décidée dérive autoritaire et liberticide dont il faut impérativement mesurer la gravité s’est saisie du pays sous commandement de ses classes dirigeantes et possédantes. Le phénomène n’est guère nouveau, mais la présidence d’Emmanuel Macron le porte à son paroxysme.

Toutes les lois récentes et en discussion sont marquées du sceau de la réaction anti sociale et anti-démocratique.

Pour prendre l’exact mesure des évènements, il convient de constater que, des pays dits démocratiques, la France est l’un des rares à suivre d’un pas aussi décidé cette pente où concentration des pouvoirs au sommet se conjugue avec une « restriction/redéfinition » des libertés publiques. Il existe donc une spécificité française qui prend ses racines dans les profondeurs de notre Histoire et le marbre des institutions. Le tout déterminé par l’exercice dit « jupitérien » du pouvoir et surdéterminé par la violence du capital mondialisé.

Cette spécificité est celle de la lutte violente, partie intégrante de la lutte de classes en France, qui a opposé au cours de notre Histoire les ambitions monarchistes puis bonapartistes - dont la cinquième République est l’héritière - à l’exigence démocratique née des parlements locaux, instituée par la grande révolution en 1789 et 1793 et consolidée par l’expérience républicaine de la 3ème République dès les années 1880, après 10 ans de vacillement.

Il est tout à fait notable que les attaques du gouvernement visent justement certains des monuments législatifs élaborés au début des années 1880, années fastes pour les républicains de gauche qui cherchaient à transformer leur victoire électorale contre l’ordre moral en victoire pérenne.

Cinq années durant vont en effet voir naitre de grandes lois de liberté qui offrent un cadre juridique aux droits proclamés en 1789. La loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse et qui régit la liberté d’expression en France fait partie de celles-ci. En supprimant notamment l’autorisation de publication préalable à laquelle était soumise la presse, elle permet une respiration démocratique nouvelle dont se saisiront socialistes, démocrates et républicain.

C’est précisément cela que souhaite défaire le gouvernement avec l’article 24 de son projet de loi dit de « sécurité globale » qui réaffirme, 140 années plus tard, une volonté de contrôle a priori de la presse, mais aussi des opinons exprimées dans l’espace public. En l’occurrence pour protéger des forces de police qui offrent pourtant régulièrement la preuve de l’absolue nécessité d’être placées sous contrôle citoyen. Comment en douter après cette vidéo du passage à tabac – digne de la police de Papon – d’un homme noir à Paris ? Toute démocratie « normale » aurait déjà limogé le préfet de police en exercice, et le ministre de l’Intérieur aurait de sérieux comptes à donner au peuple qu’il est censé protéger de l’arbitraire, via ses représentants. Ne pas limoger le préfet de police, c’est s’en rendre complice. Et cela, aucun texte présidentiel même porté par les réseaux sociaux ne peut l’effacer. Mais dans la France de M. Macron, il n’en est rien. Le pouvoir, une fois élu, n’a de comptes à rendre à personne. Sauf à Dieu aurait-on dit en d’autres temps…

Mais, au-delà de la loi sur la liberté de la presse et d’expression, une floraison de textes voit donc le jour à partir de 1880, solidement charpentés et aiguillonnés vers la défense des libertés publiques et démocratiques. L’exact inverse de l’inflation actuelle de lois opportunistes et régressives, en plus d’être souvent inintelligibles, pondues par ordonnance et qui visent à mettre un couvercle sur la société civile et le monde du travail.

Qu’on en juge :la loi d’amnistie générale des communards est promulguée le 11 juillet 1880 grâce à Victor Hugo ; la loi du 17 juillet 1880 autorise sur simple déclaration l’ouverture des cafés, cabarets et débits de boissons ; la loi du 16 juin 1881 établit la gratuité absolue de l’enseignement primaire dans les écoles publiques ; la loi Jules Ferry du 28 mars 1882 rend obligatoire l’école primaire; celle du 21 mars 1884, dite loi Waldeck-Rousseau, autorise enfin les syndicats professionnels ; la loi du 5 avril 1884 relative à l’organisation municipale, instaure l’élection du conseil municipal au suffrage universel et fait de la commune le premier maillon démocratique. Il faudra attendre les victoires dreyfusardes de la fin du siècle pour retrouver pareille frénésie républicaine et démocratique avec la loi de 1901 sur les associations et la loi de séparation des églises et de l’État de 1905. Ces lois ont toutes pour point commun de limiter les pouvoirs répressifs de l’État tout en laissant à la société le soin de s’organiser en toute responsabilité. Elles caractérisent l’aspect démocratique de la République.
 

La cinquième République… jusqu’à l’absurde
 
 
C’est à ces fondamentaux de la République renaissante, portés par ses défenseurs les plus progressistes, que s’attaque donc le pouvoir : libertés communales défaites par l’assèchement des ressources fiscales et le retrait des compétences, liberté d’expression et d’information soumise à des empêchements préalables, libertés syndicales passées au broyeur des lois dites Travail affaiblissant les salariés face au capital, liberté de manifestation gravement compromise, laïcité transformée en néo-gallicanisme, réorganisation territoriale fondée sur les exigences du capital, maire placé sous tutelle des préfets, etc.

« La République, c'est un grand acte de confiance » disait Jaurès qui aura suivi de près cette républicanisation progressiste jusqu’à en être acteur. Aujourd’hui, nos prétendus « républicains » se méfient de la société et lui opposent en conséquence des pouvoirs toujours plus étendus au bénéfice du seul exécutif.

A la confiance s’est substituée la défiance, aggravée par une politique toute dédiée au service du capital. Comment, dès lors, le pouvoir peut-il s’assurer la légitimité nécessaire autrement que par la concentration abusive des pouvoirs et le démembrement progressif des contre-pouvoirs ? La cinquième République, taillée sur mesure pour un général à la légitimité historique incontestable et mandaté pour mettre fin à la colonisation, se transforme en farce répétitive, et lassante si elle n’était dangereuse. Aujourd’hui la logique même de l’homme providentiel a du plomb dans l’aile : à défaut d’être, le président joue. Il joue au père de Nation par de grandiloquents et cajoleurs discours, au démiurge, au gardien de la mémoire, tout en ayant de moins en moins de pouvoirs réels, délégué par décisions politiques à l’Otan ou l’Union européenne. La fuite en avant autoritaire est son seul recours. Et cela tombe bien, les institutions le lui permettent.

Elles le lui permettent d’autant plus qu’avec l’inversion du calendrier et l’instauration du quinquennat, le Parlement ne tient plus sa légitimé du peuple mais du président qui, par sa victoire, aura permis l’élection d’une majorité qui lui est ainsi liée et redevable. Il s’agit d’un renversement majeur des logiques démocratiques dont les terribles conséquences arrivent aujourd’hui à maturation : c’est à l’Elysée que tout se décide avec l’armée de conseillers dont on a déshabillé les ministères, jusqu’au Conseil des ministres d’autant plus inutile étant donnée la place que prennent maintenant les « Conseils de défense », prenant ses décision dans les sous-sol du palais présidentiel. Le peuple est infantilisé et désarmé. Et s’il ne comprend pas les réformes qu’on lui impose contre sa volonté, c’est par défaut de « pédagogie ». Elles lui seront de toute façon imposées.

Sur le plan législatif, l’article 49.3 est l’arbre qui cache la forêt des dispositifs anti-démocratiques. Un rapport sénatorial nous apprenait récemment que, pour la première fois, la majorité des lois sur l’exercice 2018-2019 ont été promulguées par ordonnances, c'est-à-dire par des habilitations offertes au gouvernement par un Parlement godillot qui applaudit à sa propre déchéance.

C’est à cette aune qu’il faut comprendre le souhait présidentiel de reporter les élections régionales après les élections présidentielles. S’il remportait ces dernières, le scrutin serait surdéterminé par sa victoire et les présidents de régions, qui bénéficient de pouvoirs accrus et désormais bien plus importants que ceux des départements et communes, lui seraient eux-aussi redevables de leur victoire. C’est à cette aune enfin qu’il faut comprendre le basculement de l’État de droit vers un État qui se donne tous les droits, se dotant d’un arsenal répressif et sécuritaire unique en Europe.
 
 
Se battre pour les libertés démocratiques
 
 a séquence nous offre un paradoxe saisissant : c’est aujourd’hui le Sénat, c'est-à-dire l’assemblée au mode de scrutin favorable aux forces les plus réactionnaires, qui fait office de principal « contre-pouvoir ». Le sévère rappel à l’ordre du président Gérard Larcher contre le premier ministre qui comptait faire reposer la réécriture de l’article 24 sur une commission Théodule composée « d’experts » en lieu et place de la représentation nationale, pourtant déjà largement caporalisée, en dit long… Toute l’architecture démocratique est sens dessus dessous.
 
Cette grave dérive nécessite la mobilisation la plus large. L’histoire nous permet de mesurer combien les classes populaires, quand elles sont laissées à elle-même et sans conscience de classe, peuvent se laisser bercer par les illusions autoritaires. Et le pouvoir faire son miel de cette confiscation grandissante de la souveraineté populaire et de l’extinction des contre-pouvoirs. La défense et l’approfondissent des libertés démocratiques font partie intégrante du processus d’émancipation, d’une visée communiste. Il faut coûte que coûte les défendre, par tous les moyens dont nous disposons. Et ni le confinement, ni le virus ne sauraient être prétextes à mettre en veilleuse ce combat fondamental. Passer à autre chose.

Le présidentialisme, unique en Europe et poussé à son paroxysme, est au bout de son chemin. Même l’article 3 de la constitution, selon lequel « la souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et la voie du référendum », est contourné, bafoué. Les citoyens doivent être réunis pour bâtir un nouveau projet politique avec une nouvelle constitution, un dépassement de la République actuelle pour la régénérer de ses fondamentaux.

En vérité c’est la première République sociale et démocratique qu’il faudrait construire à partir d’un grand débat populaire et citoyen. Un débat qui porterait sur des enjeux fondamentaux. Ainsi de la souveraineté. Elle n’existe que si le peuple maîtrise les bases économiques, que si elle protège nos conquis sociaux, que si elle permet que refleurissent les libertés et la démocratie directe. Ainsi du rôle de l’État. Doit-il être un État béquille du capital ou un État citoyen et protecteur. Ainsi de la manière dont se construit la loi. Par des commissions Théodule ou dans les antichambres de la forteresse de Bercy imposant en toute chose et en priorité les choix comptables pour la rentabilité et soumise à la Commission de Bruxelles, elle-même mandatrice des intérêts des puissances d’argent. Ainsi de la prééminence du parlement dans la conduite des affaires publiques et un gouvernement exécutif… Etc…

Oui une révolution démocratique est nécessaire.

 

le recteur magnin pierre est decedes

Le 29/11/2020

beaucoup de  souvenirs  avec  lui"la  lutte des  classes
bon  est  mauvais   deux  vies  differentes  


Doubs. Pierre Magnin, ex-doyen de la faculté de médecine de Besançon et recteur d'académie, est décédé (estrepublicain.fr)

 

des lois existent

Le 29/11/2020

fabien roussel

Pour retrouver confiance dans la police, il faut pouvoir la contrôler (Fabien Roussel) - YouTube

 

cela ce passe a besançon

Le 29/11/2020

 
Bonjour,
 
On vit une période très compliquée, les luttes se multiplient et c'est tant mieux.
 
Si la CGT n'est pas à l'initiative, cela ne nous empêche pas d'être solidaires et les citoyens que nous sommes peuvent, à leur guise, soutenir ces actions!!!
 
Vendredi 27 novembre Rassemblement contre la loi "sécurité globale" 
18h00 Place Pasteur
 
Samedi 28 novembre Rassemblement AC! Agir ensemble contre le chômage 
14h00 Place de la Révolution
 
Jeudi 3 décembre Manifestation Santé et Médico-social à l'appel de la CGT/intersyndicale
Départ Quai de Strasbourg devant CLS Bellevaux > ARS à la City
 
Samedi 5 décembre Manifestation POUR l'emploi CONTRE la précarité (détails à venir) à l'appel de la CGT 
 
PLUS QUE JAMAIS ON LÂCHE RIEN!

Pour l'UL Besançon

 

lettre de cuba

Le 26/11/2020

Les nouveautés depuis le 19 novembre 2020

 


La lettre électronique Hebdo de Cubacoopération

Chères Amies, Chers Amis,

Avant de nous quitter, le 20 janvier prochain Donald Trump (bon débarras !), ajoute une canaillerie supplémentaire aux 120 punitions infligées depuis 2019 au peuple cubain !
Il vient d’interdire de vol à deux avions de cargaisons humanitaires devant partir des États-Unis, accusant les compagnies de vouloir contourner le blocus !

Il faut hélas rappeler que, la semaine a mal commencé pour les habitants de l’Île par la fermeture sous la pression de l’administration étasunienne, des 407 bureaux de la Western Union, installés à Cuba. Ils permettaient le transfert des « Remesas », soutien financier des Cubains vivant à l’étranger, principalement aux États-Unis, pour leurs proches restés au pays. 2,4 millions de dollars par jour, 1,5 milliard par an ! Cela représentait une source de revenus particulièrement importante pour des dizaines de milliers de familles. Pour l’économie nationale, il s’agit de la troisième entrée de devises, après le tourisme et l’exportation des services médicaux.

Il s’agit bien d’étrangler l’économie cubaine et par la même de rendre la vie toujours plus difficile aux familles cubaines !

Souhaitons et agissons afin que le nouveau Président, Jo Biden, revienne rapidement sur ces mesures inhumaines ainsi que toutes les autres criminelles, prises en dépit de leur condamnation par la communauté mondiale et leur rejet par une part importante de la population des États-Unis. Plus que jamais, ce refus doit faire l’objet d’intervention des peuples dans le monde. Nous faisons en sorte d’y contribuer de façon modeste, mais résolue et permanente.

D’autant que le peuple cubain doit faire face, dans le même temps à l’épidémie de Covid19 pour laquelle il consacre des moyens importants pour la combattre et la contenir. Et rien ne lui est épargné : dans la province de Cienfuegos, suite aux pluies torrentielles associées à la tempête tropicale des retards importants sont observés dans les semailles, des dommages dans les plantations de bananes, et des champs entiers de plants de tabacs perdus… Et ce n’est hélas pas la seule !

Nous abordons dans divers articles de notre site, l’avancement du processus de régulation monétaire qui traite de la suppression de la double monnaie, mais qui va bien au-delà dans ses ambitions. Des provinces annoncent qu’elles sont prêtes pour le jour « zéro ». Les citoyens à faibles revenus s’interrogent, sont quelquefois inquiets quant aux conséquences. C’est un des soucis des dirigeants du pays… Nous aurons l’occasion d’y revenir dans les prochaines semaines.

Partout dans le pays, chez les amis de Cuba dans le monde, a été célébré avec respect et reconnaissance, le quatrième anniversaire de la « disparition physique » de Fidel Castro… et l’on apprenait avec tristesse, 4 ans jour pour jour après le décès de celui qu’il considérait comme son père, celui du célèbre footballeur Diégo Maradona…

Notre campagne pour le soutien à la souveraineté alimentaire à Cuba se poursuit. Merci aux nouveaux donateurs et bon accueil à ceux qui décideront de s’y associer.

Bonne lecture des articles de cette livraison, et n’hésitez pas à vous rendre sur notre site internet www.cubacoop.org dimanche dernier, celui-ci a reçu 1.053 visites !

Bien cordialement,
Roger Grévoul
Président Fondateur de Cuba Coopération France

 

Minibluff the card game

Hotels